content here is the anonymously transparent proxied version of ecb.europa.eu   X
Options de recherche
Page d’accueil Médias Notes explicatives Recherche et publications Statistiques Politique monétaire L’euro Paiements et marchés Carrières
Suggestions
Trier par
  • LE BLOG DE LA BCE

Joyeux anniversaire à l’euro fiduciaire !

Par Madame Christine Lagarde, présidente de la BCE

Francfort-sur-le-Main, le 31 December 2021

Le 1er janvier a toujours été un jour particulier pour moi. Il marque bien sûr le début d’une nouvelle année, pour chacun d’entre nous, mais c’est aussi le jour de mon anniversaire. Et le 1er janvier 2002, nous célébrions un autre événement : l’introduction des billets et pièces de la monnaie unique dans la zone euro, qui comptait alors douze pays.

Je passais la journée avec ma famille et des amis dans notre maison en Normandie, en France. Peu avant minuit, nous nous sommes rendus au distributeur le plus proche, impatients d’obtenir nos tout premiers billets en euros. Certains de mes amis prédisaient que les machines ne résisteraient pas au passage à la nouvelle monnaie et que les billets en euros ne seraient pas disponibles. Nous avons donc fait un pari : si la machine nous donnait des billets en francs français, ils pourraient les garder.

Après minuit, nous avons essayé de faire un retrait. La machine nous a donné des billets en euros flambant neufs, et nous avons tous levé notre verre à la nouvelle monnaie européenne.

Ce moment de vie n’était qu’un fragment de la plus vaste opération d’échange monétaire de l’histoire. La zone euro n’a cessé de grandir depuis, passant de douze à dix-neuf pays, plus de 340 millions de personnes utilisant aujourd’hui la même monnaie, en dépit des différences linguistiques ou culturelles et des frontières nationales. L’euro a contribué à unir les Européens. Lors de la dernière enquête Eurobaromètre, dans laquelle nous avons demandé aux Européens ce que l’Union européenne représente pour eux, 41 % ont déclaré « l’euro ». Notre monnaie unique n’était devancée que par la liberté de circulation.

Il est évident que l’Europe et l’euro sont devenus indissociables. Pour les jeunes Européens, qui n’ont connu que la monnaie unique, il doit même être presque impossible d’envisager l’Europe sans l’euro. En fait, le soutien pour l’euro a atteint un niveau inégalé en 2021, l’enquête indiquant que 78 % des Européens ont une opinion favorable de notre monnaie.

Quand je pense à l’euro, j’imagine des sociétés et des entreprises familiales qui ont prospéré grâce aux avantages apportés par l’euro et le marché unique. Entre 1990 et 2002, le commerce entre les pays qui allaient rejoindre la zone euro a augmenté de moins de 5 %. Depuis l’introduction de la monnaie unique, il a augmenté de près de 200 %. Les Européens peuvent voyager sans se préoccuper des difficultés et des coûts liés à l’échange de monnaies, et des millions d’étudiants et d’actifs étudient et travaillent à l’étranger sans avoir à gérer plusieurs monnaies.

Il ne fait aucun doute que nous sommes plus forts grâce à l’euro. Depuis l’adoption de la monnaie unique, nous sommes davantage en mesure de faire face aux crises. Les chocs économiques récents auraient été encore plus durs sans la stabilité et l’intégration que l’euro a conférées à notre marché unique. En temps de crise, notamment pendant la pandémie, l’existence d’une monnaie unique a joué un rôle essentiel dans la coordination des réponses en Europe.

La Banque centrale européenne est la gardienne de l’euro, et nous travaillons sans relâche pour préserver la monnaie que nous partageons. Notre mission est de protéger les billets de la contrefaçon, et notre devoir est d’étudier les éventuelles formes de paiement complémentaires telles que l’euro numérique.

Nous allons maintenant, pour la première fois, repenser les billets en euros, en nous assurant qu’ils restent sûrs et innovants, tout en les actualisant pour que les Européens puissent s’en sentir plus proches, quel que soit leur âge et d’où qu’ils viennent. Nous solliciterons l’avis des Européens en ce qui concerne le thème et la conception des futurs billets. Ceux-ci seront présentés en 2024, et leur déploiement sera planifié par la suite.

Par cette froide nuit normande, il y a vingt ans, je n’aurais jamais deviné que la sauvegarde de l’euro deviendrait mon travail à plein temps. Mais cette mission est devenue la mienne lorsque j’ai apposé ma signature sur les billets que vous détenez et utilisez presque tous les jours. Cette signature représente mon engagement à veiller sur un des symboles les plus précieux de l’unité européenne.

Levons à nouveau notre verre pour souhaiter aux billets en euros un très joyeux vingtième anniversaire !

Ce blog est paru sous forme de tribune libre dans les médias suivants : Frankfurter Rundschau (Allemagne) ; Kleine Zeitung (Autriche) ; Le Soir (Belgique) ; 24 Chasa (Bulgarie) ; Politis (Chypre) ; Večernji list (Croatie) ; El Correo, El Diario Vasco, El Diario Montañés, La Verdad, Ideal, Hoy, Sur, La Rioja, El Norte de Castilla, El Comercio, Las Provincias et La Voz de Cádiz (Espagne) ; ERR (Estonie) ; Kaleva (Finlande) ; La Provence (France) ; Efimerida ton Syntakton (Grèce) ; The Irish Independent (Irlande) ; Corriere della Sera (Italie) ; Delfi.lv (Lettonie) ; Verslo žinios (Lituanie) ; Luxemburger Wort (Luxembourg) ; Times of Malta (Malte) ; Algemeen Dagblad (Pays-Bas) ; Sábado (Portugal) ; Hospodarske noviny (Slovaquie) ; et Delo (Slovénie).